La vitamine C, C – Indispensable !

C6H806: bien plus proche par sa formule, du glucose que d’un amine, improprement nommé vitamine car indispensable, ce Glucoside (qui peut être produit par synthèse bactérienne  en pharma.) n’est pas synthétisé par l’homme (et quelques rares animaux), les obligeant à trouver dans les aliments cette « hormone anti-stress »; la saturation des tissus du corps en Vit. C, qui n’a rien à voir avec l’excrétion urinaire, (seul critère mal pris en compte par les « officiels ») montre que des mois de prise quotidienne de C à doses dites « élevées » sont nécessaires; pour autant, même dans ce cas, rapidement, hélas, si la prise diminue ou s’arrête, l’hypoascorbémie qui en résultera (carence en acide ascorbique) reprendra son terrible cours. L’homme ne la synthétise pas !

Les organes cerveau, hypophyse, surrénales, oeil, en sont le plus pourvus, donc les plus réclamants, mais il n’est pas de fonction métabolique qui ne lui doive un déroulement correct… ou moins bon ; pris par la bouche, le foie captera 80% des 20% qui passeront par le grêle dans le sang, mais l’ensemble du tractus digestif sera nettoyé des seules bactéries nuisibles, et des nitrosamines cancéreuses en formation,  etc. Mais attention! les quelques rares apports par les légumes, fruits, viandes ( quand les animaux broutent) sont, (surtout de nos jours ) à peine bons pour lutter contre le mortel scorbut .

Les américains (Klenner, Cathcart, Pauling, Stone, Riordan, Lévy etc.) ont montré que le saupoudrage type AJR à 100mg ne servait qu’à éviter le scorbut mais, laissait l’homme loin de l’homéostasie, et de l’épanouissement d’une jeunesse plus longue: nos maladies sont  ainsi amplifiées (symptômes) par cette constante hypoascorbémie.

LA C EST UN DONNEUR d’ ÉLECTRONS ! à hauteur de 2 électrons par molécule, seule à réaliser cette prouesse.

Notre SI (système immunitaire) nécessite une forte présence de Vit C; pour preuve, toute maladie chronique ou fulgurante, tout stress exogène ou endogène, voit s’effondrer  le taux plasmatique et surtout lymphocytaire de C : quel praticien ose prescrire ces tests ? Pourquoi ce silence ? Pourquoi en ces cas, ne pas saturer en C sur 24h le plasma sanguin? Puis, faire ensuite le point, et encore…jusqu’à la compréhension, bien documentée par le Dtr. LEVY, de la puissance de la capacité bactéricide et viricide de la C.

Anti-poison par excellence (exemple, enregistré au Centre National anti-poison, le protocole du Dr. Bastien, qui démontrait devant les caméras de télévision qu’avec qqs grs de C en IV, 250 grs d’amanites phalloïdes ingérées n’étaient plus du tout mortelles): qui en parle encore?

Il y a dans l’alcool un poison: l’acétaldéhyde + de l’éthanol: le foie s’en débarrasse avec peine, mais sa tâche est grandement facilitée en présence de belles doses de C, pourtant, qui propose de la C antabuse aux alcooliques ? Aux toxicomanes ? ( cf M. Lesser MD)

La C est indispensable pour transformer 2 acides aminés, la proline et la lysine en constituants du collagène (30% des protéines du corps humain), notre principal agent de structure; sa mal façon, en cas de carence en C, ouvrira les portes au vieillissement cutané certes, mais également à l’ensemble des pathologies touchant le collagène: rhumatismes, arthroses, dorsalgies etc. et les maladies cardiovasculaires, comme l’a démontré le Nobel L. Pauling. De plus, on sait bien aujourd’hui, que l’intima des artères est formée, d’une couche de cellules identiques « tenues » entre elles par un gel ; si ce dernier manque de vit C, ce qui est si fréquent chez l’homme qui ne la synthétise pas, ce gel se liquéfie, la cohésion des cellules est affaiblie et des molécules (celles que l’on trouve dans la plaque athéromateuse) circulant dans le sang, pénètrent pas les interstices qui apparaissent alors. Dès que la vit C, en quantité suffisante et assez longtemps, permettra au gel de retrouver et de garder sa consistance de gel, sans se liquéfier, pas d’interstice, pas de passage de molécules agglutinantes dans le sang. : bien moins de maladie cardio-vasculaires. !

On constatera, entre autres, la baisse de la LP(a), une substance de substitution  (n’existant curieusement, que chez l’homme et les animaux incapables de synthétiser la C): cette présence facilite la formation de la plaque athéromateuse, qui s’avère pourtant dangereuse car obstruante dans le temps: heureusement, son risque (Lp(a))  disparaît au fur et à mesure de la présence de vit C circulante, du meilleur état du gel et du collagène  qui participe de la constitution des tissus des artères.

Le collagène attaqué (hyaluronidase) dans la maladie cancéreuse, en serait protégé selon Cameron et Rath. Notons la similitude de la très forte carence en C des plasmas, lymphocytes et tissus des cancéreux (donnée totalement oubliée !? par les officiels)  et des scorbutiques…la blastogénèse lymphocitaire est dépendante de la C, qui est de plus antiinflammatoire.

Protégeant l’oxydation du LDL, la C (et la vit B3) jouera un rôle certain quant au cholestérol.

La C est un Fluidifiant sanguin , sans les dangers de l’aspirine. Quant aux allergies, la C est anti-histaminique.

Sa forme de première oxydation, l’acide L-déhydroascorbique , lorsqu’un seul de ses électrons aura été donné, passera la BHE ( barrière hémato-encéphalique) et sera réparateur dans le cadre des AVC (accidents vasculaires cérébraux). La  C est prépondérante, dans la formation des hormones et neurotransmetteurs cérébraux, ce qui oblige ses détracteurs, à lui reconnaître cet aspect booster de la bonne humeur; un psychiatre américain le Dr. M. Lesser décrit, comme le plus favorable dans les thérapies visant à réduire les maladies mentales,(cf. Dr A.Hoffer dès 1950 et son traitement avec 50grs de C/jour dans les schizophrénies) maladies psychosomatiques et dépendances aux différentes drogues, l’usage de belles doses de C.

Relaxant du système nerveux central, elle lutte efficacement contre la douleur, et permet une meilleure et plus rapide récupération après l’effort physique et/ou intellectuel: c’est bien l’hormone anti-stress. Antiradicalaire recyclant et recyclé par le Glutathion, par l’acide lipoic (R lipoic acid) , la C est une incontournable substance  anti-vieillissement.

La mort subite du nourrisson est un scorbut infantile: le Dtr A.Kalokérinos a mis fin à cet horrible fléau grâce à quelques c.c. de C injectée. Les douleurs des poussées dentaires sont apaisées par quelques mg de C chez le bébé; idem pour l’adulte, mais  à dose nécessaire.

Quand surgît une grippe, un rhume, les cuillères à café bombées devront se succéder d’heure en heure jusqu’à la disparition des symptômes. Poursuivre, en diminuant pendant deux jours.

Le sommeil est facilité par la prise confortable du soir; le sucre, souvent présent à tort avec des cpés de C, est le responsable de l’état d’excitation  constaté, à moins qu’il ne s’agisse du réveil des cellules qui ne se privent pas de jouer alors un hymne à la joie si peu habituel: persévérer en augmentant les doses sera le seul remède, surtout ne pas renoncer à la dose du soir. C = le + compétent des dépolluants des métaux lourds omniprésents aujourd’hui, grace à sa capacité chélatrice. (cf. la thérapie« chélation »)

Le Dtr R. Cathcart après 30 années d’une pratique sans aucun incident (la C est classée par la FDA produit non toxique) explique que « la tolérance intestinale est fonction de la pathologie » : les diarrhées, gazs, ballonnements, signalent la  limite de tolérance, qui peut aller à plusieurs centaines de grammes/jour selon les besoins. La peur, habilement utilisée, des calculs oxaliques (rénaux) cache le fait que, si la dégradation de la C, aboutit à de l’acide oxalique, il existe 60  autres causes principales, dont la gestation de la femme! qui produisent aussi et en même temps cet acide; la C peut se transformer en ce produit mais il faudrait des quantités énormes pour atteindre un risque jamais démontré dans aucune étude scientifique.

LA FORME LIPOSOMALE

Apparue il y a peu, elle consiste à encapsuler dans de la graisse lécithine ( phosphatidylcholine) de la Vitamine C ; les enzymes pancréatiques et sucs digestifs n’auront pas d’impact sur ces liposomes qui passeront dans le sang et la lymphe, intacts ; ils se présenteront devant la double couche de graisse de la membrane cellulaire : la pénétration sera facilitée, puis les électrons apportés par la C seront récupérés par le Glutathion et distribués dans la cellule. Efficacité de 98%, pour les rares et honnêtes liposomes. Un vrai liposome n’a pas besoin, s’il est réalisé correctement d’être en plus enfermé dans une gélule ; il n’existe pas encore beaucoup d’études sur l’absorption, nous les mettrons en ligne sur notre site  vitamax.bio dès que possible.

La forme injectable est réservée à l’usage médical pour un effet  puissant dans le cadre de pathologies plus lourdes.

Nous pourrons vous aider pour ce faire, (protocoles, fournitures via l’étranger) mettez-vous en contact avec nous par mail ( mdumestre@orange.fr)

En conclusion, il y a de très bons résultats sur des milliers de thérapies pratiquées depuis  + de 60 ans, aux Usa, à l’Est etc. et + de 68 000 études.

SAGE USAGE de la C

Forme poudre ( L ascorbic Acid ou Sodium Ascorbat)

  • dose normale: 3 cuillères à café par jour: matin et midi après repas = cuillère  rase normale;
  • mais le soir, cuillère bien bombée!: car, attention!, les petites doses (contrairement à la croyance, peuvent énerver.

Sommeil favorisé par forte dose du soir! À tester vite!

 

ATTENTION : + de 83% des formes poudre de la C ne passeront pas dans le sang, resteront dans le tractus digestif, et seront évacuées ; pour cette raison , il faut en prendre 3 cuillères à café par jour, pour atteindre environ les 2g réels.

  • Dose normale: 10/12 grs/jour.1 cuillère à café rase = 2grs et celle du soir bombée = 4 ou plus.
  • Des gaz, ballonnements, et/ou diarrhées peuvent survenir, poursuivez et patientez quelques jours;

En cas de rhume, ou de toute pathologie, augmentez sans inconvénient les doses, car la C = absence de dose létale : on peut en cas de rhume, grippe, etc. prendre une cuillère à café bombée/deux heures.

Dosage par âge :

  • Enfant = 1 gr par année d’âge jusqu’à 10 ans puis dose adulte; Plus si pathologie (comme pour l’adulte)

 

Acide L-ascorbique: goût acide.

Ascorbate de Sodium: neutre, très légèrement salé (1mg/gr) pour ceux qui souffrent d’ulcères, de problèmes gastros, pour certains enfants et pour ceux qui en préfèrent le goût.

Peut être utilisé en topique (sur une plaie) ou en IMPLANTATION  ou INSTILLATION RECTALE :   presqu’aussi efficace qu’une perfusion ; acheter une poire anale en pharmacie ou sur www.vitamax.bio (taille = entre 200 et 250 ml) ; mélanger dans un verre d’eau de Source tiède une cuillère à soupe bombée de Sodium Ascorbate ; remuer jusqu’à parfait mélange ; aspirer dans la poire ; huiler embout de la poire et anus ; positionner doucement dans le rectum ; vider la poire en une seule et ferme pression, mais sans précipitation ; ne pas presser et relâcher, juste une pression jusqu’à avoir la poire complètement pressée ; ensuite , en maintenant la poire pressée, retirez la du rectum, et relâcher. Garder pendant 12 minutes ; puis, si nécessaire évacuer. Matin midi et soir. On peut profitablement y rajouter des probiotiques, du Mg, des Enzymes, des Liposomes, du Quinton ( ou une bonne eau de mer en vente sur www.vitamax.bio)pour ceux qui ne peuvent avaler. Nous consulter.

Jamais dans jus du commerce qui ne sont que du sucre, ne jamais sucrer la C. BIEN REMUER

1 bonne nouvelle : la C = non brevetable! Pensez par vous-même ! C pour VOUS!

 Bibliographie : + de 65 000 études sur Medline !

Thomas LÉVY MD,JD,  « La Panacée originelle » l

L’encyclopédie de la Vitamine C, traduite et éditée par Michel Dumestre, en vente ( 25 euros) chez Michel Dumestre, Éditeur  sur le site :  www.vitamax.bio

E.CAMERON & L. PAULING  la Vit C contre le cancer (ed. L’etincelle)

en anglais :

  •  www. doctoryourself.com
  •  www. orthomed.com

VOTRE FOURNISSEUR DE VIT C depuis 20 ans :

MICHEL DUMESTRE Naturopathie orthomoléculaire.

mdumestre@orange.fr        ou         vitamax@orangfe.fr[/vc_column_text][vc_column_text ovic_custom_id=”ovic_custom_5f0db2ba983b0″]L-Ascorbic  Acid : poudre blanche, la plus utilisée ; acide au goût mais pas acidifiante ; non injectable, ni en lavement. À prendre en fin de chacun des 3 repas, dans un demi verre d’un liquide tiède chaud ou froid, non brûlant, non sucré (eau, tisane, thé vert bio).

Dose pour personne de 10 ans d’âge ou plus, en relative bonne santé, sans importante pathologie : une cuillère à café rase-moyennele matin et à midi en fin de repas ; le soir en fin de souper, une cuillère à café bombée. Il faut savoir que la cuillère bombée de la fin de souper, permettra un meilleur nettoyage cellulaire, et reconstruction cellulaire nocturne (anabolisme) ; elle est fondamentale, et pour ceux qui ne voudraient pas en prendre 3/jour, celle du soir est la plus importante ; n’en prendre qu’une fois/jour est une erreur car la C est au plus utile pendant 5 heures , et doit donc être prise, sur un estomac plein (fin de repas) et pouvoir se lier aux protéines ; (ceci 3/jour.)

Sodium Ascorbate : la C aime à se marier avec des minéraux ; elle est sous cette forme conjuguée à des ions sodium, son Ph remonté ainsi à 7 ; cette forme est très utilisée, et quasiment aussi efficace  que le L  Ascorbic Acid.  Mêmes dosages ; peut être injecté et utilisé en instillation rectale (nous demander recette). Cette forme est utilisée dans la création de la vitamine C liposomale.L’instillation rectale est quasiment aussi efficace qu’une perfusion, très bon marché et permet, en appui, si possible, de la Lipo C, d’atteindre de hautes doses nécessaires dans certains cas. Ne pas hésiter à nous interroger, nous sommes à votre service, pas au service du capitalisme mondialiste.

Vitamine C  Liposomale  ZOOKI

Fabriquée par l’un des meilleurs laboratoires américains au monde pour cette forme de produits, pour ZOOKI :

Vérification des provenances des composants et des lots, uniques au monde, pour une qualité pharmaceutique exceptionnelle ; des sachets d‘un gramme de Vit C enfermée dans  de la phosphatidylcholine; sachets  fort pratiques à glisser dans une poche, ils sont d’un goût agréable, sans alcool.

Un liposome est un ensemble de graisses phospholipides essentiels, (dont la phosphatidylcholine ) proches des graisses constituant la membrane cellulaire , et , capables, dans certaines conditions uniquement réalisables en laboratoire, d’encapsuler un produit : ici  le Sodium Ascorbate, dit Vitamine C ;

La Vitamine C liposomale : encapsulée dans des phospholipides essentiels, ayant leur propre efficacité en matière de protection cardiovasculaire et cérébrale ; en tant que  graisse,  elle ne s’arrêtera pas dans le système intestinal, passera entièrement ( 95%) dans le sang, et se présentera devant la membrane cellulaire faite d’une bicouche de graisses, avec une entrée logiquement facilitée dans la cellule, de part cette structure lipidique; plus efficace que toute autre forme de C, au niveau intracellulaire, elle est considérée, par l’un des meilleurs spécialistes mondiaux en médecine orthomoléculaire,  T.Lévy MD, JD,  comme « plus puissante que la C perfusée ! un sachet minimum/jour, reste un peu juste : deux est correct (un le matin, l’autre vers 17h) en absence de pollution , de stress etc. ;  trois est « bien » au sens de l’étude publiée sur la qualité du collagène ; beaucoup plus en cas de pathologie (nous consulter) Attention vous ne trouverez que rarement des vendeurs, (sans parler des rigolos qui « fabriquent » aux ultrasons,  des soit disant liposomes qui ne sont que des émulsions) capables de vous certifier par lot sur 1 an que rien dans les liposomes n’est altéré, c.a.d. ni la graisse, ni la Vit C ; le liposome est souvent altéré, créant une oxydation alors que vous l’avez acheté pour le contraire.

Les perfusions restent un moyen royal, pour de grandes doses de plus de 50 g.

Pour autant, combien de médecins ou thérapeutes osent le meilleur des traitements ? Voyez le cas d’Allan Smith guéri de H1N1 phase terminale, + pneumonie (poumons pleins d’eau), et leucémie à trycholeucocytes. Condamné à mort par les médecins il eut le culot de ne pas mourir, sous leurs yeux ! et de plus à l’hôpital ! avec quelques perfusions de vitamine C ! son cas est narré dans le livre « la Panacée originelle  de T.E. Lévy MD, JD chez Michel Dumestre Éditeur, en vente 20 € sur ce site).

LE BON CHOIX, ou juste notre choix :

Pour une personne de 10 ans ou plus (enfant : un gr/année d’âge à diviser en trois ou quatre prises dans eau , en fin de repas comme pour l’adulte ; pas de prise, le 1er mois chez les bébés non allaités; qui normalement doivent être allaités, donc en recevoir par le lait maternel)

Le plus favorable est :

Deux au moins, mais plutôt trois sachets de Liposomale C Altrient/jour pour bien pourvoir l’intracellulaire, à raison d’un sachet une demie heure avant repas dans  un verre d’eau.

Et, pour bien couvrir l’extracellulaire, les trois cuillères à café (rase matin et midi en fin de repas, et bombée le soir en fin de souper) de poudre L ascorbic ou Sodium Ascorbate selon votre choix ; ces doses sont pour personne en santé acceptable, un peu fatiguée, mais en l’absence de pathologie grave ; en cas de pathologie, il faudra monter les doses des deux formes, jusqu’à disparition des symptômes, et guérison. Nous consulter.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]